Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 20:08


Les commandes du safran

Le safran ( gouvernail )  est la partie immergée située à l'arrière du voilier qui permet de diriger le bateau

Dans le P'tite Annick ( comme dans les autres bateaux ) le safran est commandé par un petit servomoteur installé dans la coque.

Sur cette photo, il n'est pas tellement visible car il est caché par le bras commandant les voiles.




Le safran plus facilement appelé gouvernail.


C'est le petit servomoteur de droite qui commande le gourvernail

Le servo est relié à l'axe du gouvernail par une tige en corde à piano


Le servomoteur ( à gauche) et l'axe du gouvernail ( à droite ).
Le bras qui sert à actionner le gouvernail est composé d'une petite lame de laiton soudée sur un serre fil provenant d'un domino

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 18:28
 


Les commandes des voiles


Comme c'est un voilier, il n'y a pas de moteur, si c'est vrai! il ne fonctionne qu'avec la force du vent.

Il faut donc commander les écoutes des voiles mais là,  il n'y a personne sur le pont, il faut le faire à distance avec la radio commande.

Le grand bras qui est au milieu sert donc à tendre ou détendre les écoutes.

Le bras est monté sur un servo moteur ( au milieu ) d'une puissance de 11 kg

Position 01, les écoutes ont tendues, les voiles sont au plus près



Position 02:  les voiles sont en position intermédiaire (milieu)



Position 03: les voiles sont relachées ( vent arrière ou faible vent )




Le bras est relié au servo moteur par une roue crantée et maintenu par une petite vis


Le  servo moteur qui commande le bras

le petit c'est pour après !

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 17:10



  Les voiles

En commençant la construction du voilier je me suis  pas mal demandé comment et surtout avec quelle matière faire les voiles.

Je me voyais déja le bout de tissus à la main parcourir mon entourage afin de  trouver une couturière susceptible de me coudre les voiles.

Un jour  en ressortant mes cerfs volants j'ai trouvé ma réponse.

Du coup je suis aller traîner dans les magasins qui s'occupent à fond de notre forme et j'ai trouvé mon bonheur.

Pas de chance, ils n'avaient qu'une seule couleur. Le résultat est quand même là.




Après avoir tracé les voiles sur une feuille de papier, j'ai découpé une forme en bois.

Pour éviter que la toile de s'éffiloche, je l'ai coupée à chaud à l'aide d'un fer à souder classique, j'avais quand même pris la peine de limer la panne pour avoir une bonne coupe.  Le résultat est très satisfaisant, le tissus ne bouge pas. 



En ce qui concerne le mât et la bôme j'ai utilisé un tube d'alu de diamètre 8mm acheté dans un magasin de bricolage



Les languettes noires qui maintiennent la voile sont en plastique ( anciens dossier d'archivage ) languettes coupées au cutter et collées.


La voile est '' reliée '' au mât par un anneau en cuivre.  le passe fil est fait avec deux rondelles et un oeillet  ( article trouvé dans les magasins de décoration).


Petite précision, l'anneau est soudé à l'étain pour éviter qu'il ne s'ouvre.

Le cordage est aussi de la récupérarion, c'est  le cordage des cerfs volants, fil qui a quand même une résistance à une traction de 90kg.

Les haubans sont fabriqués avec du cable d'accélérateur de cyclomoteur, les attaches sont en corde à piano.

L'accastillage du bateau m'est revenu à environ 30 euros, alors que si j'avais acheté le tout  en magasin spécialisé j'en aurais eu moins pour 200 euros (si c'est vrai).

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 13:00



  L'accastillage du pont


Le P'tit Annick ( Cap Mistral ) sans son gréement  , il ne reste pas grand chose.



Une petite revue de ce que nous trouvons à l'avant :
La crémaillère, le passage d'écoute, l'écoute



Avant de démarrer la construction  je me suis fait un petit devis,  mais vous en saurez plus à la fin de l'article.


La crémaillère fabrication maison (en laiton), je me suis décidé à tout fabriquer moi même quand j'ai vu les prix dans les magasins spécialisés.

elle sert à accrocher la partie avant du  foc


le passage d'écoute avant. Sur le plan il n'est pas comme celui-ci, il est droit comme à l'arrière.
je l'ai fabriqué droit, mais aux premiers essais sur l'eau, je me suis rendu compte que l'eau rentrait dans la coque par là. Du coup, je l'ai modifié de cette façon.

Le pied de mât qui, comme son nom l'indique, reçoit le mât



fabriqué en aluminium de récupération (comme le reste )


le passage d'écoute droit du bôme de la grand voile - un bout de laiton et de tube laiton 4mm de diamètre.


Le modèle qui est vendu en magasin spécialisé
le mien est moins joli mais il fait l'affaire.


Les crémaillères de pont (2) fabriquées avec un équerre en alu.


C'est fini pour tout ce qu'il y a sur le pont, c'est déjà pas mal.


Partager cet article

Repost0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 19:15




 Le Hâle Bas


Mais qu'est ce que c'est ce truc ?

en gros c'est ça ...

Le hâle bas est une pièce qui permet de maintenir la bôme à la même hauteur.
Sans hâle bas, la bôme remonte quand la voile se gonfle sous la pression du vent.
Du coup ça permet de règler la tension de la voile en fonction du vent

Une photo vaut mieux qu'un discourts



Voici donc le hâle-bas ( c'est l'ensemble de pièces de couleur jaune )


Une petite vue rapprochée  du hâle-bas ( du - de la?) vit de mulet et de la fixation sur le mat. Pourquoi jaune, parce que c'est encore en laiton.

Après avoir effectué des recherches sur le net et en raison du prix du hâle-bas dans les magasins spécialisés( 25 euros ), j'ai décidé de le fabriquer moi-même.
C'est sûr, ce n'est pas aussi détaillé et aussi beau mais c'est fonctionnel.
La fixation sur le mat est en laiton, comme le reste d'ailleurs. Il s'agit d'une petite barre  sur laquelle j'ai soudé les deux supports . L'ensemble est fixé sur le mat par deux petites vis  récupérées dans un vieil ordinateur.

La deuxième partie du hâle-bas est aussi fabrication maison.  C'est cette pièce qui permet de tendre ou détendre la voile.



Cette charnière est la deuxième, j'ai remplacé l'axe (tige de rivet pop) par de la tige filetée 3mm et deux écrous remplacent le domino.

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 17:00


  L'accastillage du Cap Mistral   rebaptisé  P'tite Annick



Voici ce que nous trouvons sur le pont du voilier :


Plein de choses que nous allons voir en détail


A l'avant, puisque le terme ''proue'' tend à disparaître du language maritime,  il y a une crémaillère pour fixer le génois
 


derrière la crémaillère il y a le passage d'écoute du génois



le pied de mât sur lequel repose le mât


de chaque côté du mât, nous retrouvons deux crémaillères pour la fixation des ridoirs qui tendent les haubans


à la proue le passage de l'écoute du bôme

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 16:57




La quille du Cap Mistral


La quille est en contre-plaqué de 10mm d'épaisseur. Après l'avoir collée sur la coque, en prenant soin qu'elle soit bien perpendiculaire, il est temps de penser au lest.

Le bout de la quille a été taillé pour recevoir le lest ( 1kg de plomb ) et les bords sont chanfreinés.



Après avoir reproduit la forme sur du papier, j'ai taillé la forme du lest dans du bois ( de mémoire, il s'agit d'une ancienne tringle à rideaux de la chambre des filles )
Une foits la forme obtenue, elle est coupée en deux en prenant soins bien évidemment de faire deux parties égales


Ensuite, il faut trouver une petite caisse et la remplir de plâtre.
Quand la boite est remplie, placer les formes dans le plâtre et attendre.....attendre....... attendre qu'il sèche.


Il m'a fallu attendre un mois pour que le moule sèche complètement.
Si j'avais su plus tôt qu'il existait du plâtre prise rapide je me serai jeté dessus!



Après un mois d'attente, voici le résultat.

Il ne reste plus qu'a couler le plomb ( 2x 500g ) dans chaque forme.

Une fois que le plomb est froid ( ça dure moins lontemps ) fixer les deux parties de part et d'autre de la quille.



Pour les maintenir , j'ai utilisé des écrous qui traversent le plomb.
Pour rattraper les imperfections, j'ai ensuité résiné le lest
Le tout est peint à la couleur voulue et voici le résultat.


Partager cet article

Repost0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 17:09
 



        La coque du voilier


L'année dernière, j'avais commencé une série sur les voiliers que j'ai construit, en  fait il faut dire le voilier, car j'en ai fait deux exemplaires.

C'est resté en rade, l'explication est simple, je ne trouvais plus les photos. L'erreur est maintenant réparée.


J'en étais resté à ce stade :



La structure : 6 couples en contre plaqué de 4 mm et des baguettes de samba de 3mm d'épaisseur.




Cette ossature est recouverte de contre plaqué de 2mm d'épaisseur



La quille est ensuite collée. Cette quille qui est également en contre plaqué a une épaisseur de 10mm. L'avant et l'arrière sont biseautés pour améliorer la pénétration dans l'eau.        

Partager cet article

Repost0
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 20:48
  


                               1 9 6 6


  C'est l'année où cette  photo a été prise!

C'est au '' Royau '' près de la plage de Trestel  commune de Trévoux Tréguignec 22 à 4 ou 5 kilomètres de la maison. Je suis en compagnie d'une de mes deux grandes soeurs.





C'était bien sûr au siècle dernier en l'an 1966, j'avais 8 ans !

Si j'en crois la photo et l'étiquette qui est encore sur la quille, cela ne faisait pas longtemps que j'avais le bateau.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 17:49

gwen_a_du.gifLa Structure de la coque

Comme tous les autres bateaux, la coque du voilier est construite sur un chantier à l'envers.
Pour le Cap Mistral, puisqu'il s'appelle ainsi, la coque est constituée de 6 couples et de quelques baguettes le tout collé avec de la bois colle à bois comme d'habitude.

IM000168.JPG
Autre vue à l'endroit cette fois-ci
IM000169.JPG
IM000171.JPGArrivé à ce stade, il ne reste plus qu'a habiller la structure.
Cette fois-ci, la coque ne sera pas habillée
de baquettes, mais de plaques de contre plaqué. 

IM000208.JPGLe contre-plaqué est découpé suivant la forme puis collé.
La quille est découpée dans du contre-plaqué de 10mm d'épaisseur et les bords sont rabotés de façon à obtenir une bonne pénétration dans l'eau.

Partager cet article

Repost0